Une description du sous-emploi

Une description du sous-emploi

Une description du sous-emploi

Il est très facile de confondre « chômage » et « sous-emploi ». En effet, avec l’habitude, nous avons tendance à associer ces deux termes alors que ces derniers constituent deux notions tout à fait différentes. Le chômage, notion qui ne nous est guère étrangère, correspond à l’inactivité d’une personne en âge de travailler et disposant des capacités pour travailler ou plus simplement l’absence d’emploi. Le chômage tire ses particularités dans le fait que généralement, celui-ci survient à la suite d’évènements indépendants de la volonté du chômeur(chômage technique, crise, réduction de personnel…) et perdure pendant un laps de temps, souvent indéterminé. Mais qu’en est-il du sous-emploi ?

Les caractéristiques du sous-emploi

sous-emploi.jpg

Dans le sous-emploi, contrairement au chômage, les personnes possèdent une activité professionnelle. Toutefois, ces activités professionnelles sont loin de convenir aux attributions des personnes, à leur capacité, au salaire que les employés devraient recevoir s’ils occupaient le même poste dans une autre entreprise. Un grand nombre d’ouvrages définit le sous-emploicomme un déséquilibre au niveau de la durée et de la productivité entre deux mêmes emplois.
Le sous-emploise caractérise par les différentes formes sous lesquels il peut se présenter. Dans sa forme dite « visible », le sous-emploi se traduit par un nombre d’heures de travail en dessous de la normale ou de ce qui devrait correspondre aux exigences du poste. Dans sa forme dite « invisible », le sous-emploi est caractérisé par un salaireinsuffisant, d’une mauvaise affectationdes ressources (compétences professionnelles mal utilisées ou mauvaise répartition de la main-d’œuvre),se traduisant par un déficit dans la productivité de l’emploi.

Le sous-emploi keynésien

le-sous-emploi-keynesien.jpg

Dans le mode de pensée dit « keynésien » appliqué à la macroéconomie, le sous-emploicorrespond davantage à une insuffisance de la demande globale. Pour Keynes, le caractère volontaire du chômage n’existe pas, et que seules les entreprises ont le pouvoir de réguler le marché du travail en proposant plus de postes. Dans le cas échéant, c’est-à-dire en recrutant moins, les entreprises favorisent à augmenter le nombre de chômeurs. D’où l’origine du concept « d’équilibre de sous-emploi keynésien ».